Le meilleur projet minier n’est pas toujours le plus rentable
2015-11-09

Le projet minier qui présente les meilleures perspectives d’avenir n’est pas forcément celui qui présente le meilleur retour sur l’investissement. Devant les membres de la section Rouyn-Noranda de l’Institut canadien des mines, le conférencier émérite Mauro Chiesa l’a bien fait comprendre.

«Le problème, a-t-il indiqué, c’est qu’on vit maintenant dans un contexte d’osmose inversée. Avant, les grandes sociétés achetaient les projets prometteurs développés par les juniors. À présent, ces mêmes sociétés se débarrassent d’actifs productifs pour avoir des liquidités. En parallèle, la recherche de financement par les juniors devient toujours plus difficile, tandis que l’État, qui doit composer avec des obligations toujours croissantes, est plus frileux à investir. Il faut donc chercher à regagner la confiance des marchés.»

Or, le rendement réel d’un bon projet minier ne se calcule pas seulement à la valeur de son gisement. Plusieurs variables trop souvent négligées peuvent faire toute la différence.

«Les études de faisabilité ne tiennent pas toujours compte des coûts relatifs à l’énergie et à la force de la monnaie locale, a cité M. Chiesa en exemple. Un prix du pétrole plus bas améliore les frais relatifs à l’exploitation et au transport, et ce, même si le projet est situé dans un secteur isolé.»

Le secteur public doit aussi être considéré. Est-il prêt à financer, en partie ou en totalité, certaines infrastructures telles qu’une route ou un chemin de fer? Ses politiques sont-elles favorables au développement minier?

Enfin, l’opinion publique joue maintenant un rôle important dans le succès ou l’échec d’un projet. «Grâce aux médias sociaux, un petit village peut maintenant freiner un projet de plusieurs milliards $, a rappelé Mauro Chiesa. Il faut donc vérifier dès le départ si la communauté a une attitude favorable ou hostile au projet ou encore si le territoire fait l’objet de revendications autochtones ou de questions environnementales sensibles.»

Lisez l'article complet dans La Frontière.





» Retour